A travers les couleurs et les matières tour à tour épaisses ou transparentes, je cherche à faire ressortir des expressions difficiles à exprimer par des mots.

Souvent, mes sujets sont des femmes "dont la pudeur, celle de la difficulté à communiquer leur intimité contraste avec l'impudeur de la chair" que je livre au regard du spectateur.

Des êtres fragiles, presque transparents sous mon pinceau, où je peins en glacis superposés sur des collages de papier de riz en monotype, sur des enduits recouverts d'empreintes ou avec des encres sur plexiglas.